Face au Brexit, l’industrie britannique s’interroge sur la nouvelle stratégie numérique

Le dynamisme économique du Royaume-Uni, de même que celui l’Europe dans son ensemble, est généralement reconnu comme un peu lent par rapport aux États-Unis ou à l’Asie. L’ambition est de créer une économie numérique britannique de bon niveau qui fonctionne pour tout le monde. Dans ce but, l’industrie a encore besoin de mises à jour réglementaires et législatives pour assurer le succès de ce plan.

Une réforme réglementaire est nécessaire afin d’encourager l’investissement dans de nouvelles infrastructures de réseau. L’UE a récemment proposé d’alléger le fardeau réglementaire des fournisseurs de communications investissant dans des infrastructures numériques partagées. Le Royaume-Uni attend les résultats de l’examen effectué par l’Ofcom sur la structure d’Openreach, ainsi que sa décision sur les adjudications 5G à venir (bandes 2,3 et 3,4 GHz).

Selon Webhelp, la Grande-Bretagne doit investir davantage dans de nouvelles technologies si elle veut concourrir dans un monde post Brexit. La France se positionne activement comme un centre pour l’intelligence artificielle et la robotique, avec des entreprises comme Facebook qui localisent leurs hubs à Paris.

Le gouvernement britannique a confirmé sa volonté en matière de stratégie numérique, ce qui est positif pour l’économie britannique, particulièrement  pour les domaines de l’intelligence artificielle, la 5G, l’Internet des Objets et les technologies immersives. Ce sont ces futurs réseaux et les technologies émergentes qui favoriseront de nombreux secteurs de l’économie toute entière. Pour que le potentiel de cette nouvelle vague d’innovations soit pleinement réalisé, chaque personne a un rôle à jouer; Des décideurs et de l’industrie aux universitaires et aux citoyens, une large collaboration sera nécessaire pour fournir une économie numérique qui prospère et stimule la productivité à travers le Royaume-Uni.

Mais le manque de compétences techniques dans le pays est à son plus haut niveau et, avec seulement 5 600 étudiants en sciences informatiques au niveau A en 2016, il est vital pour l’avenir de notre économie que des mesures concertées soient prises. Un décuplement au cours des cinq prochaines années, avec 60 000 étudiants en informatique constitue une priorité pour la force et la stabilité future de l’économie britannique. Voir http://telecoms.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter Captcha Here : *

Reload Image

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -