Bigre, le nouvel iPhone n’est pas NFC !

Depuis l’iPhone 4 en 2010, c’est devenu une habitude : avant chaque sortie d’un nouvel iPhone, la rumeur enfle… Sera-t-il (enfin) NFC ? Cette année, la rumeur indiquait la présence d’un capteur biométrique mais il restait des doutes sur la présence du composant NFC, malgré le brevet d’Apple couplant l’authentification biométrique et la technologie NFC révélé par Consomac.

Manifestement, Apple se donne du temps pour intégrer la technologie NFC à son offre…

Le développement des services mobiles sans contact basés sur la technologie NFC est-il menacé par le « no show » récurrent d’Apple ?
Naturellement, la présence de la technologie NFC dans la gamme Apple aurait un effet stimulant pour l’écosystème NFC. Lorsqu’Apple ne suit pas la tendance du « sans contact » NFC, cela sème le doute dans les esprits, ralentit les ardeurs de déploiements et freine les investissements… Il en résulte un attentisme trompeur et contre-productif car le développement des services NFC est bien en marche.
Il parait intéressant d’analyser les raisons pour lesquelles Apple n’est pas encore « NFC » et celles qui justifient, malgré cette carence, de poursuivre les efforts sur les services basés sur cette technologie.

Pourquoi Apple n’est-il pas NFC ?
Soit Apple ne croit pas à cette technologie… soit il attend que le marché de masse du NFC arrive à sa portée.

En regard des milliards investis sur la technologie NFC depuis des années, et de son intégration massive dans les smartphones (hors Apple), ainsi que dans les terminaux électroniques, l’écosystème des services NFC est en pleine construction. Sa difficulté est d’impliquer une myriade d’acteurs qui détiennent chacun une part dans la chaine de valeur : banques, enseignes du commerce et acteurs de services, opérateurs de transport et opérateur de téléphonie mobile – chacun désirant capter le maximum de valeur, conserver ou accroitre ses parts de marché et garder la maîtrise de la relation avec le consommateur. Apple pourrait avoir intérêt à laisser le marché atteindre une certaine maturité, en se laissant désirer, pour mieux emporter la mise.

D’autre part, le consommateur est encore ignorant des capacités de son smartphone NFC faute d’usages quotidiens à sa portée. Il n’est pas exclu qu’Apple compte sur les autres acteurs pour essuyer les plâtres et réaliser les efforts pédagogiques indispensables pour instaurer la confiance. Ensuite, Apple déploierait son génie marketing pour gagner le marché, fort de son capital de 700 millions de clients sous iOS.

Enfin, derrière les jeux d’acteurs, se cachent des réalités distinctes selon les cinématiques NFC : marketing pour l’information de proximité à la demande (le mode « tag read »), sécuritaires pour  les transactions électroniques et les wallets (le mode « card emulation ») et industrielles pour la simplification des connexions entre appareils (le mode « peer-2-peer »).

Il est probable qu’Apple finira par proposer le NFC pour la simplicité de l’expérience utilisateur.

A cet effet, Apple est déjà bien positionné sur des usages proches du NFC pour :

1)       Les services d’alertes géolocalisées, ainsi que l’annonce de iBeacon (une amélioration de Bluetooth) et toujours la lecture de QR Codes pour promouvoir des informations à l’initiative du consommateur.

2)      Les services transactionnels, permettant de stocker des coupons ou des titres prépayés (spectacles, cartes d’embarquement, etc.) dans PassBook. La solution biométrique ID Touch de l’iPhone 5S ajoute un nouvel élément de sécurité à exploiter… Il ne reste qu’un pas à franchir pour émuler des cartes bancaires EMV ou des cartes de transports « sans contact », lorsque le consommateur aura pris confiance dans la sécurité des transactions NFC.

3)      Enfin, concernant l’appareillage, Apple propose depuis longtemps AirDrop pour établir des connections simplifiées entre les écrans et les systèmes audio compatibles avec son univers…

Apple n’est donc pas si loin que cela de l’écosystème NFC.

Le déploiement immédiat de services NFC a-t-il de l’intérêt sans la présence d’Apple ?
Selon IDC, Apple pèse 17% du marché mondial des smartphones au second semestre 2013. La majorité des ventes mondiales est réalisée par des smartphone fonctionnant sous Android, le système d’exploitation de Google. Les nouveaux smartphones Android sont, pour la plupart, nativement équipés de la technologie NFC. Il en est de même pour les appareils proposés par Nokia (désormais Microsoft) et ceux de RIM BlackBerry. Ainsi Apple, fort de ses millions de fans, se situe dans un superbe isolement face au NFC.

Ajoutons que, si les utilisateurs d’iPhones ont un fort pouvoir d’achat et sont aujourd’hui plus avancés dans les usages de l’internet mobile, ceux d’Android les rattrapent à grande vitesse. Apple affiche une stratégie premium, avec des marges élevées, alors que d’autres acteurs comme Samsung, HTC ou Sony, couvrent un large éventail de besoins, rivalisant avec les iPhones mais proposant aussi des produits assez performants plus abordables. De quoi satisfaire un très large public. Ainsi, le marché des smartphones NFC va poursuivre son expansion en volume au bénéfice d’Android et– peut-être – de Microsoft.

Au rythme actuel, d’ici deux ans, les services NFC seront accessibles à plus de la moitié des utilisateurs de smartphones… Qui est prêt à faire l’impasse ? Il semble plutôt urgent de s’y préparer, car l’essentiel des efforts se situe dans l’étude des parcours clients digitaux de proximité, produisant les fameux effets « Whaoo ! », les achats d’impulsion, les réflexes communautaires de « like and share »… la technologie NFC facilite les interactions locales pour répondre au besoin des clients dans leur quotidien.

Pourquoi faut-il investir dans la technologie NFC plutôt que dans une autre ?

Il existe d’autres choix technologiques, notamment le QR Code, qui est assez proche du NFC en termes d’interactivité et compatible avec l’iPhone – et pourquoi pas iBeacon basé sur Bluetooth 4.0. Ainsi il n’est pas question de tout miser sur la technologie NFC mais de la prendre en compte, systématiquement. C’est l’usage qui fera la loi et dans ce domaine, les travaux du NFC Forum pourraient porter leurs fruits en assurant la place de standard international et universel pour les échanges de proximité avec le NFC.

Malgré une certaine inertie, de très nombreux usages voient le jour, pour des campagnes marketing de proximité ou de l’information diffusée en temps réel, à la demande. Les banques déploient massivement des cartes bancaires sans contact et incitent les marchands à s’équiper en terminaux de paiement électroniques compatibles. Enfin, il existe de plus en plus de produits électroniques de consommation intégrant le NFC, et même des véhicules…

Dès lors, quand le consommateur aura gouté à la simplicité d’usage universelle et aux capacités étonnantes des transactions NFC sécurisées, il ne pourra plus s’en passer ! A ce jour, hormis le NFC, il n’existe aucune technologie alternative, aussi bien  standardisée et massivement diffusée, qui puisse offrir une telle diversité d’utilisation, de lien instantané entre le monde virtuel du smartphone et l’environnement de proximité.

Certains acteurs l’ont déjà compris. Par exemple, l’agglomération de Caen a lancé la signature numérique InCity pour instaurer la confiance dans les usages numériques, associée au programme NFC Business Friendly qui a pour objet de favoriser la communication sur les usages NFC auprès des citoyens, mobiliser les acteurs économiques du commerce et du tourisme autour de multiples occasions d’usages, en suscitant des synergies utiles, et d’apporter un retour sur l’expérience utilisateur à travers un panel de testeurs et, bientôt, d’un living lab. A Caen, les services mobiles sans contact se construisent avec leurs utilisateurs.

Enfin, le 24 septembre 2013, les plus grands acteurs de l’écosystème NFC se retrouveront au NFC World Congress pour faire le point sur le développement des usages dans le monde et écouter les témoignages de projets réussis. Qui sait si, en 2014, Apple n’y fera pas une intervention pour présenter son iPhone 6 nfc ?

François Lecomte-Vagniez

Associé et fondateur de la société de conseil Lobary  www.lobary.com
Président du comité de programme du NFC World Congress www.nfcworldcongress.com
Membre de l’EESTEL, Experts Européens en Systèmes de Transactions Electroniques  www.eestel.com

Article publié sur: http://lobary.wordpress.com/2013/09/12/bigre-le-nouvel-iphone-nest-pas-nfc/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -