Carte SIM : marché en baisse et diversification des modèles

En 2009, le comité technique M2M de l’Etsi a défini deux facteurs de forme utilisables par les cartes SIM dédiées aux applications de communication de machine à machine (M2M). D’un côté, le format MFF1 se rapporte à une carte SIM insérable dans un boîtier/tiroir à 8 broches soudées sur le circuit imprimé, option « SIM » soutenue par les exploitants français de réseau mobile. De l’autre, le format MFF2 retient la carte « SIM on chip », connue jusqu’alors sous le label VQFN8. Ici, la SIM est directement soudable sur le circuit imprimé, option largement soutenue par les industriels.

La carte SIM des téléphones mobiles ne semble pas adaptée aux applications M2M déployées dans des environnements difficiles (machines industrielles, véhicules, transports ferroviaires, capteurs en plein air, etc.). D’autre part, elle est prévue pour un fonctionnement entre -10°C et +55°C, avec une durée de vie garantie de 18 mois incompatible avec la majorité des applications M2M. Sa mise en place et la configuration de la SIM lors de la fabrication de l’équipement communicant nuisent à la capacité de production massive. Enfin, la SIM dispose d’une garantie de vie de dix ans, d’une gamme de température étendue et ne nécessite pas de montage manuel. Elle impose un choix préalable d’exploitant.

En 2013, le nombre de cartes SIM livrées dans le monde devrait atteindre les 5,5 milliards d’unités. Soit une croissance attendue de 5%, contre 8% en 2012, estime le cabinet d’analyses ABI Research dans son rapport « SIM Cards ». C’est la deuxième année consécutive que les taux tombent sous les 10%. La croissance ralentit alors que les marchés approchent de la saturation. Pourtant, le déploiement de la 4G, le NFC, et des solutions offrant une sécurité plus avancée pour les paiements, le DRM, l’authentification et le chiffrement nécessitent tous des cartes SIM haut de gamme au cours des prochaines années. Si l’accent est mis de plus en plus sur les nouveaux développements liés aux cartes SIM, c’est que même en 2017, plus de la moitié des livraisons de cartes SIM concernera toujours une utilisation sur les réseaux 2G.

Les nouveaux facteurs de forme et la nécessité croissante de la connectivité dans l’électronique grand public et les applications M2M constituent un début de renouvellement du marché. En 2012, les nouveaux formats 3FF, 4FF et MFF ont représenté 6% des livraisons, et ils devraient atteindre en 2017 les 33%. Les cartes SIM pour la 3G et 4G progresseront de 19% à 42%. Au total, les cartes SIM haut de gamme, à savoir 512KB et au-dessus, compteront pour un tiers des livraisons SIM en 2017.

Les acteurs de la filière doivent donc se contenter de la valeur associée aux quelque 7,5 milliards de puces SIM qui seront opérationnelles en 2013. La plupart des régions du monde ont montré des gains dans les usages des cartes SIM, bien que la SIMalliance note quelques revers en Amérique du Sud, ainsi que des parties de l’Asie (plaintes relatives à la qualité). La SIMalliance se prépare à la mise au point de produits beaucoup plus complexes, avec de grandes améliorations dans la mémoire et la puissance de traitement. Pour en savoir plus, voir : http://cellular-news.com/

http://cellular-news.com/

www.silicon.fr/

www.telecomengine.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -