Contrôle d’identité au Xinjiang

Le Xinjiang (Sin-kiang), ou Turkestan oriental, est une des cinq régions autonomes de la République populaire de Chine. Bénéficiant d’un statut particulier, ce pays représente le sixième du territoire chinois, soit l’équivalent de trois fois la surface de la France. Il abrite une population d’environ 10 millions d’habitants composée de différentes ethnies (60 % musulmanes et 40 % de Hans).

Le pays a connu plusieurs périodes d’instabilité, suite à des émeutes entre Uighurs et Han, notamment en 2014 et très récemment en 2016, suite à des attentats suicides. Pour être en mesure d’assurer la sécurité de la population, les autorités de Pékin ont mis en place une carte d’identité électronique (bianmin). Mais cette formule a été vivement rejetée par les habitants qui avaient le sentiment d’être contrôlés à l’aide d’un passeport local, une sorte de « Green Card » imposée et sans utilité réelle. Car en effet, un système de vraies fausses cartes d’identité s’était instauré en parallèle et rendait les contrôles d’identité sans signification.

Aussi, les autorités chinoises ont remplacé les contrôles d’identité sur la voie publique par des contrôles de police au domicile, chaque porte d’entrée des habitations étant ornée d’un QR Code permettant de trouver dans une banque de données centralisée le nom et la photographie d’identité des personnes officiellement déclarées résidentes à cette adresse.

Si l’identification des personnes passe aujourd’hui par l’électronique, le dépistage de terroristes potentiels nécessite des méthodes particulièrement affinées pour être efficaces sans heurter les citoyens pacifiques. D’après www.economist.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -