Dans le jardin des normes, le Cen Cenelec reçoit EURAS

Le Cen Cenelec, entité européenne de normalisation pour le domaine électromécanique et électrique, a reçu pendant trois jours dans ses locaux de Bruxelles, l’Université européenne de normalisation EURAS (European Academy for Standardisation) à l’occasion de son Congrès annuel.

Le thème du cycle des conférences des 24 au 26 Juin 2013, « Boosting European Competitiveness », était largement inspiré de la démarche la Commission Européenne intitulée « Standardisation and Competition for 2020 ». Trois axes de réflexion sur la normalisation étaient proposés aux intervenants : Lignes de conduite de la normalisation, Aspects économiques et Innovations et Recherches. Un public nombreux, composé principalement d’experts de l’industrie et des centres de recherche et d’étudiants, a suivi avec intérêt la trentaine de présentations effectuées par des chercheurs et des spécialistes venus surtout de l’Europe du Nord, de la Suisse, du Brésil, du Japon et de la Chine. A cette occasion, la Commission européenne avait délégué plusieurs de ses représentants venus soutenir sa stratégie, renouvelant ainsi la thématique lancée il y a plus de 30 ans en faveur de la normalisation. Cette fois, il n’est plus question, dans le marché commun des équipements et des services, du système OSI de l’ISO pour tous les achats publics d’équipements, ou de la réduction du nombre d’options nationales sur les interfaces des réseaux de communication. La Direction Générale de l’Europe recommande une normalisation au service de la Science et de l’Economie, pour la croissance et la lutte contre le chômage, afin de faire face à la crise économique qui frappe avec une plus ou moins grande sévérité les 27 Etats membres.

Dans le cadre de la description de la réalisation des « Objectifs Stratégiques pour 2020 », Laure Brévignon-Dodin, chercheur contractuelle auprès de BSI, travaillant à l’Université de Cambridge, apporte une réponse intéressante sur l’association de la Science et de l’Innovation, par la description des approches originales entreprises aux Etats-Unis et en Allemagne où des travaux de normalisation ont précédé la préparation de normes afférentes dans le domaine des technologies du « Smart Grid ». A cet égard, plusieurs exercices de planification menés dans diverses instances en Allemagne et aux Etats-Unis ont révélé l’importance que pouvait revêtir la dimension normative dans un contexte plus large (système innovant, cadre réglementaire, évolution technologique, etc.) en aidant les communautés d’intervenants à mieux se concerter autour des besoins, des priorités et des approches. La méthode retenue par le NIST dans le cadre du projet du Smart Grid pour stimuler les intervenants est très révélatrice à cet égard. Bien entendu, de tels travaux supposent la disponibilité d’experts bien formés en normalisation dans tous les domaines que couvrent le projet innovant.

Niclas Meyer, du Fraunhofer ISI, a montré que les systèmes de normalisation européen, américain et chinois présentaient des avantages distincts respectifs, renforcés par le système de politique économique auxquels ils appartiennent. Mais l’apparente compétition entre ces systèmes de normalisation s’efface en réalité devant une certaine convergence d’intérêts propres et l’évolution dans le temps de ces systèmes montre que les lignes de conduite qui régissent la normalisation doivent se concentrer sur l’efficacité des systèmes dans leur environnement, plutôt que dans la recherche d’un quelconque avantage dans une compétition inutile. Dans le même ordre d’idées, Shu Gao, de l’Université d’Utrecht, a expliqué les raisons de la « guerre apparente » qui concerne l’innovation technologique qui se déroule pacifiquement entre les trois systèmes radioélectriques 3G adoptés en Chine. Il ne faut pas noyer en effet la compétition économique ou l’innovation en R&D dans un splendide isolement scientifique. Car la compétition en matière de mise au point de normes nouvelles peut s’effectuer en collaboration, comme l’a rappelé Tayna Souza, du bureau normatif brésilien Inmetro, associé avec le bureau allemand de métrologie PTB. Inmetro a réussi à bâtir un réseau de laboratoires de mesures en particulier pour la chimie et le nucléaire, associé à des stages de formation, un réseau d’échanges de documents, de services de calibration, de séminaires et de consultations.

Le développement économique, comme chacun des intervenants l’a rappelé plus ou moins explicitement nécessite des experts bien formés et les travaux de normalisation en réclament beaucoup et ces besoins interpellent à la fois les universités et les entreprises. Les psychologues distinguent sur ce plan trois profils typiques d’expert : l’expert scientifique, l’expert capable de rédiger un brevet, et l’expert qui aura la responsabilité de rédiger la norme nouvelle. Ce résumé ne donne qu’un court aperçu des nombreux thèmes abordés par ce 18ème Congrès EURAS. Remercions à cette occasion le Dr Ir. H. J. de Vries, Président de EURAS et professeur à l’Université Erasmus de nous avoir invité à y participer. Pour plus d’information, voir également : www.euras.org/   www.cencenelec.eu/

Daniel Battu

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -