Des cartes d’identité biométriques « de première classe » pour les Ghanéens

Bien que le service des cartes d’identité se heurte actuellement à des contraintes logistiques, le professeur Attafuah a estimé que ces défis ne sont pas insurmontables. S’exprimant devant le Ghanaian Times à Accra, le directeur du NIA a confirmé qu’il travaillait à coordonner et superviser l’enregistrement et la délivrance des cartes nationales d’identification à plus de 27 millions de population au cours de cette année.

Le Professeur Attafuah a confirmé que le Président a réuni les responsables  de la Sécurité sociale, de la National Insurance Trust (SSNIT), de l’Autorité nationale des technologies de l’information (NITA), de Death and Birth Registry, de National Health Insurance Authority, de Driver and Vehicle Licensing Authority (DVLA) et de la Commission électorale (CE) afin de solliciter leur avis sur l’avancement de l’enregistrement biométrique.

Les comités techniques doivent déterminer les meilleurs paramètres afin d’assurer une plus grande efficacité et une meilleure harmonisation du processus d’identification. La NIA a été créée en 2003 sous l’égide du Bureau du Président avec le mandat de délivrer des cartes d’identité nationales et de gérer le Système national d’identification (NIS). Les Lois de 2006 sur l’Office national d’identification (Loi 707) relatives au soutien juridique et celle de 2008 relative au Registre national d’identité (loi 750) ont également été adoptées pour autoriser la collecte de données biométriques personnelles et pour assurer la protection de la vie privée et des renseignements personnels des inscrits.

L’enregistrement des Ghanéens pour les cartes biométriques a commencé il y a environ 14 ans et le processus a stagné. Sur les 25 millions de cartes attendues, seulement une poignée ont été distribuées.

Le gouvernement se doit de pouvoir identifier de manière fiable les citoyens afin d’assurer la sécurité publique, émettre des prestations sociales, contrôler l’immigration et faciliter la planification nationale. Un système d’identification national aidera à régler les questions de sécurité nationale, l’information sur le crédit, la perception des recettes, l’acquisition du passeport et du permis de conduire, ainsi que l’inscription des électeurs.

Les autres activités de prestation de services publics et de développement humain, telles que l’enregistrement des naissances, des décès et des mariages, la sécurité sociale et le système national d’assurance maladie utiliseront alors un système complet d’identification. Voir aussi www.ghanaiantimes.com.gh/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -