Distribution de cartes d’identité biométriques en Turquie

Les autorités turques ont commencé la distribution des nouvelles cartes d’identité biométriques dans la province de l’Anatolie centrale de Kırıkkale, choisie comme province pilote pour ce programme. Les nouvelles cartes « intelligentes », qui contiennent des puces, remplaceront les anciennes versions de cartes d’identité, qui étaient plus volumineuses et ne contenaient que très peu d’information.

Cette opération constitue la sixième séquence de modernisation du système national d’identification. La Commission européenne a salué cette opération relative à ces nouvelles cartes biométriques. Le nouveau système biométrique mettra fin au système actuel de la carte d’identité colorée – rose pour les femmes et bleu pour les hommes – qui était en usage en Turquie depuis près de 40 ans.

Ces nouvelles cartes biométriques sont conformes à des normes de sécurité très strictes afin d’empêcher la duplication, la falsification et la contrefaçon. Capables de stocker les empreintes des doigts et de la paume de la main, elles seront en mesure de contenir jusqu’à 1 Go de données. Elles seront valables pendant 10 ans.

La décision intervient alors que la Turquie s’efforce de répondre aux exigences de l’UE relatives à la levée du régime des visas en vigueur dans la zone de Schengen. La Turquie doit satisfaire à un ensemble de 72 exigences, dont celles relatives aux visas, à la gestion de la migration, à l’ordre public, à la sécurité et à la délivrance de documents d’identification biométriques. Les anciens passeports turcs devront aussi être renouvelés.

L’accord signé entre la Turquie et l’UE le 18 Mars dernier à Bruxelles maintient le principe de voyages sans visa en intra européen. La Turquie s’est engagée à reprendre les migrants traversant de façon illégale la mer Egée pour atteindre la Grèce à compter du 20 Mars 2016. Les retours pourront commencer à partir du 4 Avril au plus tôt. Pour chaque Syrien renvoyé, l’Union européenne installera un Syrien dans des camps de réfugiés turcs, où 2,7 millions de personnes résident actuellement. L’accord, conclu entre l’UE et la Turquie, a pour objectif de couper la route qui a permis à 850 000 personnes, fuyant le conflit syrien, de se rendre en Europe l’année dernière. Voir aussi www.hurriyetdailynews.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -