Du danger des voitures connectées

Une action judiciaire en recours collectif actuellement en cours met en cause les industriels Toyota, Ford et General Motors qui auraient sciemment mis les consommateurs en danger en commercialisant des voitures connectés dont les fonctionnalités sont susceptibles d’être contrôlées à distance par des pirates.

La plainte déposée devant la Cour de district des États-Unis en Californie, affirme que les constructeurs automobiles auraient délibérément omis de signaler aux consommateurs les dangers associés aux systèmes informatiques des voitures et ainsi n’auraient pas répondu aux préoccupations légitimes de sécurité. Un journal a indiqué récemment que des pirates pouvaient prendre le contrôle complet d’une voiture à distance (klaxon, freins, éclairage, volant, accélérateur, essuies glace) avec un simple ordinateur portable.

Si un constructeur vante les avantages d’une technologie, il doit s’assurer que les bases de la sécurité sont bien respectées. La vente de véhicules dangereux à l’égard de l’acheteur et du public constitue un acte inadmissible et le concepteur de la nouvelle technologie de véhicules, doit tester celle-ci afin de s’assurer de son bon fonctionnement avant de mettre les véhicules nouveaux sur la voie publique.

Seize constructeurs de voitures et de camions légers  utilisent plus de 50 unités distinctes de commande électroniques (ECU) reliées par un contrôleur de réseau local (CAN) et mettent en jeu 35 calculateurs connectés sans protection particulière. Sans doute, la navigation intégrée et les systèmes de divertissement peuvent s’avérer utiles pour les consommateurs. Mais les essais effectués récemment par les groupes industriels ont mis en évidence des vulnérabilités au piratage qui pourraient être utilisés pour modifier le fonctionnement d’un véhicule. Le rapport a révélé que près de la totalité des véhicules sur le marché utilisent les technologies sans fil sensibles au piratage et à l’intrusion.

D’après l’enquête en cours, Toyota, GM et Ford savaient que les CAN de leurs véhicules étaient sensibles au piratage et que leurs calculateurs n’étaient pas protégés contre les attaques, mais ils ne sont pas intervenus pour régler ces problèmes.
Voir aussi http://consumerist.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -