Piratage informatique à stratégie multiple

Plus d’un 600 000 ordinateurs Macintosh ont été récemment infectés par le virus « Flashback », type « Cheval de Troie », permettant la prise de contrôle à distance. L’ampleur de cette infection est jugée plus importante que celle de Conflicker en 2008 effectuée sur Microsoft Window). Près de la moitié des ordinateurs Macintosh infectés ont été localisés aux Etats-Unis.
Près de 280 000 numéros de sécurité sociale américains ont été touchés à l’occasion d’une intrusion frauduleuse de grande envergure dans les serveurs du Département de la Santé de l’Etat l’UTAH. Le numéro de sécurité sociale est une donnée personnelle aux Etats-Unis, qui peut permettre l’usurpation d’identité.
D’après une étude récente publiée par la société Symantec, le nombre d’attaques informatiques aurait progressé de 81 % en 2011 (soit un total de 5 milliards d’attaques en un an). Les moyens utilisés à travers les mobiles et les réseaux sociaux, visent aussi les entreprises. Les spécialistes de la sécurité informatique, telle que la société Kaspersky, tentent d’endiguer ce fléau. Dans son dix-septième rapport annuel ISTR (Internet Security Threat Report), Symantec recense les principales cyber menaces dans le monde. Les grandes entreprises et les PME sont concernées au même titre par le piratage informatique. Moins bien protégées, les PME représentent des cibles stratégiques, car elles peuvent ouvrir un accès indirect vers les grands groupes. Le téléphone portable présente souvent des failles logicielles détectables sur les systèmes d’exploitation mobiles. Les données sensibles qui transitent par ces terminaux intéressent les fraudeurs. Les réseaux sociaux élargissent le champ de pénétration des pirates, soit pour une écoute silencieuse, soit pour lancer des virus informatiques très pénétrants.

Les messages de courriels indésirables (spams) se concentrent principalement sur des offres pharmaceutiques (45 % de l’ensemble) ou des offres commerciales de contrefaçon (16 %) transmis par des réseaux de robots (botnets). La plupart des sites de « phishing » sont hébergés aux États-Unis (environ 48 %). L’institution financière la plus ciblée est PayPal (32 %). La Chine, la Russie et la France comptent le plus grand nombre d’utilisateurs de terminaux mobiles Smartphones infectés par des « malwares ».

www.malwarecity.fr/

www.computerworld.com/

www.symantec.com

 

 

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -