La croissance en téléphonie mobile se réduit

Les quatre exploitants de téléphonie mobile américains (Verizon Wireless, AT&T, Sprint Nextel. Deutsche Telekom T-Mobile USA) ont noté un ralentissement de près de 50 % du nombre de leurs nouveaux abonnés recrutés au cours du second trimestre 2012 par rapport à la même période de l’an dernier. Ensemble, ils gèrent 212 millions d’abonnés mobiles (soit une pénétration de 104 % de la population) et leur équilibre financier n’est acquis que par la vente de services additionnels. Ils espèrent un redressement des ventes au cours du second semestre 2012, notamment grâce aux nouveaux terminaux Smartphones (iPhone, principalement) qui sont en moyenne deux fois plus actifs que les autres. Selon une étude réalisée par Sanford Bernstein, le taux de croissance annuelle de la téléphonie mobile aux États-Unis est passé de 10% en 2006 à 5% in 2008 et se trouve proche de 1 % aujourd’hui. Les industriels en terminaux de téléphonie mobile avouent une baisse des ventes globales des terminaux mobiles depuis 2009, ce que confirme une étude du Cabinet Gartner. Au cours du premier trimestre de 2012, 419 millions de terminaux portables ont été vendus dans le monde, ce qui constitue un net ralentissement, même pour la région Asie-Pacifique. Les industriels subissent de façon très diverses les conséquences de cette réduction de la demande et la concurrence fait rage. Selon les analyses de marché effectuées par la Cabinet d’études Nielsen, la moitié du parc américain de terminaux mobiles serait composée de Smartphones, dont 51 % par des terminaux Android et 30 % par des iPhone. Le nombre d’applications téléchargées sur l’iPhone d’Apple et l’Android de Google atteindrait le nombre de 41 par terminal. Les Smartphones sont utilisés environ 39 minutes par jour pour les applications.

La crise contraint aussi les ménages à optimiser leurs budgets télécoms, et particulièrement en Europe. En Espagne, Telefonica et Vodafone ont vu leur chiffre d’affaires plonger respectivement de 14,5 % et de 9,8 % au cours des six premiers mois de l’année. De même, celui d’Orange France a chuté entre janvier et juin de 5,3 %. Avec un taux de chômage de 24,6 %, la crise force les Espagnols à téléphoner moins souvent. Sur les six premiers mois de l’année, les chiffres d’affaires de Telecom Italia et de Vodafone ont reculé d’environ 6 % en Italie. Les ventes de la branche mobile de Portugal Telecom ont chuté de 9 % en six mois. Les revenus des exploitants de réseau s’amoindrissent, car les tarifs d’interconnexion entre exploitants ont été réduits ainsi que ceux des appels à l’étranger. Enfin, les évolutions technologiques conduisent les usagers à délaisser les messages vocaux et les SMS au profit des services de messageries instantanées sur Smartphones et des applications telles que WhatsApp (plus de 2 milliards de messages par jour).

www.bernsteinresearch.com/

www.telecoms.com/

http://money.cnn.com/

 

 

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -