La norme ONS 2.0, essentielle à l’Internet des objets

La norme ONS 2.0, élément essentiel de l’Internet des objets, a été publiée et ratifiée en décembre 2012 par l’Afnic (Association française pour le nommage Internet en coopération) et GS1 France. GS1 France est un organisme d’étude qui pilote la conception des normes internationales d’identification et d’échanges électroniques. Cette norme ONS 2.0 favorise la mise en place d’un modèle de racines interopérables par pays et elle porte techniquement tous les enjeux géopolitiques du secteur. On sait que le DNS (Domain Name System, DNS, ou système de noms de domaine) est un service permettant de traduire un nom de domaine en informations de plusieurs types, notamment en adresses IP de la machine portant ce nom. De la même façon, l’ONS (Object Naming Service) permet de garantir le nommage des objets et l’acheminement des requêtes. Mais, la norme ONS 2.0 libère aussi techniquement l’un des freins à son déploiement au sein de l’écosystème constitué par l’absence de souveraineté dans le nommage des objets et par une centralisation trop forte du serveur racine aux États-Unis. En raison avec sa proximité avec le DNS, l’ONS est administré par Verisign, une société américaine qui gère les suffixes de premier niveau et d’Internet, ainsi que le serveur primaire de la racine du DNS. Cette mainmise dans la gestion avait provoqué autrefois une levée de boucliers de la part des européens. Le concept d’ONS « fédéré », ou multipolaire, où opèrent deux racines paritaires et interopérables, a été proposé en 2008 pour répondre à cette problématique, et sur cette base, GS1 et l’Afnic ont rédigé conjointement la version 2.0 de la norme ONS. L’ONS est donc toujours associé au DNS et ONS 2.0 fédère l’allocation et la résolution au niveau d’entités souveraines (régions ou pays). D’un point de vue opérationnel, l’ONS découlant du DNS, la racine du DNS reste incontournable pour le plan de nommage global et pour une partie des requêtes de résolution. ONS 2.0 permet de mettre en place une granularité, car il est possible de mettre en place une racine par région ou par pays selon le choix des membres de GS1. GS1 France et l’Afnic souhaitent que l’écosystème français de l’Internet des objets intègre l’ONS 2.0 dans ses systèmes, ses applications, et ses nouveaux services basés sur la RFID. L’ONS 2.0 permettra une plus grande efficacité de la lutte contre la contrefaçon, pour le rappel de produits et plus généralement pour la traçabilité des objets en temps réel.

Pour en savoir plus, voir : www.lemagit.fr/            www.afnic.fr/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -