Le thème de la carte d’identité afghane devient un facteur de division

ID Card AfghanistanLe gouvernement afghan souhaiterait délivrer des cartes d’identité biométriques à tous les citoyens afin de limiter la fraude électorale et de renforcer l’unité nationale. Mais la question de l’opportunité d’inclure l’appartenance ethnique des citoyens a malheureusement mis en évidence les divisions ethniques historiques qui subsistent encore en Afghanistan.

Le thème des cartes d’identité électroniques est encore la source de conflits, de manifestations violentes dans la rue, des grèves et à des tensions entre membres du Parlement. Pour tenter de sortir de l’impasse, une nouvelle proposition a été formulée qui consisterait à mettre en œuvre deux identifiants distincts, un pour la carte d’identité biométrique qui ne mentionnerait pas l’origine ethnique des titulaires, et un pour le livret d’accompagnement qui préciserait l’origine ethnique et la religion.

Cette proposition a été accueillie avec colère par certains citoyens. Elle doit être encore soumise à l’accord des deux chambres du Parlement pour être applicable.

Les divisions ethniques sont profondes en Afghanistan, et elles mettent en cause l’identité politique et sociale des citoyens. Certains soutiennent qu’un recensement national pourrait aider le gouvernement à déterminer avec précision la taille des différents groupes ethniques du pays. Le groupe Patchoune est-il réellement un groupe dominant dans le pays ou bien n’est-il pas surestimé ? Le titre donné à l’état afghan lui-même («République islamique d’Afghanistan ») doit-il apparaître sur la carte d’identité ?

En conclusion, le projet de carte d’identité, proposé dès 2014, est encore à l’origine de discussions animées et de controverses. Son but pourtant était à l’origine de supprimer la fraude et de moderniser la gestion des habitants de ce pays. Voir aussi www.rferl.org/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -