Les seniors à la porte de l’Internet

L’ouverture de l’Internet au troisième âge est un thème porteur. Il est logique d’inciter tous les Français à utiliser Internet en toute occasion et d’ouvrir davantage ce marché à un public de retraités qui a du temps et des ressources financières. Il faut consommer de la fibre optique tous les matins et rentabiliser le marché de la publicité et des ventes en ligne. Il faut maintenir le niveau de l’emploi en France ! Que l’on partage ou non cette vision, force est de constater que si l’Etat songe à rendre « obligatoire » l’usage des formalités administratives en ligne, la mesure concerne aussi le troisième âge (défini comme celui de 67 à 97 ans), c’est-à-dire, justement celui qui est le plus réticent à accepter des nouveautés, à faire bouger le « mulot » avec toute la souplesse de doigts malhabiles ou tremblotants et à se souvenir des mots de code nécessaires afin de se protéger des inconnus malfaisants.

La tâche paraît en réalité un peu difficile. En 2016, en France, près de 6 sur 10 seniors de 60 à 69 ans se connectent à l’internet et ils ne sont plus que 2 sur 10 au-delà de 70 ans. Mais dès lors que le troisième âge doit atteindre une part de marché potentiel importante, tout doit être essayé pour vaincre les réticences !

Comment procéder pour former le troisième âge aux douceurs de l’Internet et comment initier ces personnes aux protections nécessaires face aux dangers du numérique ? Dès que ce genre de projet est annoncé dans un village, de multiples initiatives bénévoles (ou susceptibles de l’être) se manifestent de toute part. Mais il faut définir un programme minimum, trouver une salle et du matériel de démonstration, des connexions Wi-Fi, etc. Bref, le projet retombe comme un soufflé ! Puis les bonnes résolutions réapparaissent pour mettre en place un vieillissement heureux grâce au numérique. En principe, une technologie bien conçue devrait aussi participer à maintenir l’autonomie des seniors, à leur fournir toute une gamme de divertissements à domicile, tout en maintenant des liens sociaux et médicaux. Mais quel choix d’applications les plus indispensables conviendrait-il de sélectionner ? Toutes sans doute, car il faut garder l’ensemble des actes de communication et d’information, pour acheter, pour conserver des documents, pour participer à la vie collective, pour se mobiliser. Il faudrait permettre l’usage des courriels, le transfert de photographies, la communication avec une webcam, la consultation du compte bancaire, l’accès aux portails d’information et de santé, au commerce en ligne, aux jeux, aux téléchargements de films et de musiques.

Les récits laudateurs des initiatives heureuses, centrées sur la réduction de la fracture générationnelle d’accès au numérique, oublient de signaler leur brève durée de vie, puisque ces animations reposent le plus souvent sur des actions personnelles (Tea-time d’Albertine Meunier, par exemple). Les diverses tentatives de création d’un terminal spécifique (dont l’ordinateur « Magui », créé par la société Simplistay, ou la plateforme Wii) se heurtent aux lois du marché. Les tablettes tactiles demeurent trop petites pour des yeux fatigués et des doigts peu alertes.

Alors, le problème reste entier. Les aînés vont rester isolés dans leur île, loin du numérique.  Et comme les services postaux ont quitté longtemps leur amarrage au navire des télécommunications, ce ne sera pas le facteur du village qui viendra faire du dépannage informatique à domicile. Et les bureaux de poste de campagne n’ouvriront pas non plus de Cyber-café pendant ou en dehors les heures d’ouverture. C’est Uber, le sauveur, qui, au marché noir, et sans garantie de discrétion professionnelle, viendra faire la promotion de l’informatique aux seniors.

Voilà donc encore un exemple qui montre que le numérique déstabilise l’ancien monde et encourage les Barbares à contourner le fisc français ! Mais ce n’est pas de cette façon que la totalité des personnes âgées feront leur déclaration d’impôts via Internet. Et n’espérez pas que la fibre optique pénètre immédiatement dans tous les foyers de France !

Bonnes lectures sur le Smart-Webzine et à bientôt !

Daniel BATTU

Rédacteur en chef

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -