Les travaux liés à la sécurité des données freinent l’innovation dans les entreprises

La sécurité et la confidentialité des données sont placées au centre des préoccupations de nombreuses organisations au point que les tâches quotidiennes qui leur sont liées freinent la capacité de se concentrer sur l’innovation technologique. Ceci est une des conclusions majeures de l’étude réalisée par Brocade, intitulée «Débloquer la puissance de la transformation numérique en se libérant des contraintes historiques. »

Cette étude porte sur le jugement des personnels des départements informatiques de plusieurs sociétés des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Allemagne, de Singapour, de France et d’Australie sur des questions de stratégie opérationnelle. Les responsables informatiques ont indiqué que les tâches quotidiennes de leur personnel – dont le maintien de la sécurité des données et du respect de la vie privée – mobilisent une part importante de leur temps de travail (73% et 63%, respectivement), au détriment de l’amélioration des services et de l’innovation.

Près de 72% des personnes interrogées s’estiment frustrées lorsque le service informatique n’est pas en mesure de délivrer ce que l’entreprise a demandé. En outre, les entreprises n’ont pas la capacité de développer l’innovation malgré les connaissances qu’elles ont acquises.

Selon le rapport, plus de 70% des équipes IT estiment qu’avec un peu plus de flexibilité dans l’emploi du temps, l’organisation pourrait réaliser un certain nombre d’objectifs majeurs, parmi lesquels:
• Augmentation de la compétitivité (cité par 36%)
• Plus de temps pour se concentrer sur l’innovation (cité par 31%)
• Augmentation du chiffre d’affaires (12%)
• Diminution des coûts (10%)

Alors que la transformation numérique constitue une priorité majeure pour de nombreuses organisations, l’étude révèle que l’accent mis sur la sécurité des données et le maintien des règles anciennes conduit le département des technologies de l’information à faire des compromis qui pénalisent sa capacité à adopter de nouvelles approches.

Les principales raisons concernent l’insuffisance du budget (49%), les problèmes de sécurité (43%), le manque de flexibilité des systèmes actuels (26%), et le temps nécessaire à assurer  la maintenance des systèmes existants (22%). Plus inquiétant encore, près d’un tiers (29%) des réponses signalent que les limites de la technologie héritée du passé pénalisent la qualité des travaux actuels, et constituent un frein pour l’innovation. Voir aussi www.information-management.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -