Les villes connectées britanniques manqueraient d’intelligence dans leur réalisation

« Les normes ne suffisent pas pour mettre en place de grands projets ». Telle est la conclusion à laquelle est arrivé le bureau d’experts DJS Research à propos de la réalisation par la société Lucy Lodion du projet de « SmartCities », relatif à l’éclairage des rues et à la fabrication dans 187 villes du Royaume-Uni. Les quatre cinquièmes des municipalités se sont senties peu à l’aise pour y participer. Les experts de DJS ont constaté que les premiers adoptants qui ont réussi à obtenir un financement ont progressé au détriment des autres. Autrement dit, les fonds publics disponibles ne suffisent pas à satisfaire le déroulement de chaque projet et il y a des gagnants et des perdants.

Une douzaine de villes du Royaume-Uni ont entrepris des initiatives du type Smart Cities, dont Londres, Bristol, Milton Keynes, Liverpool, Peterborough et Glasgow. Ces grands projets ont certainement mobilisé des personnes bien informées des technologies les plus récentes relatives à la ville intelligente.

Les communautés rurales sont bien placées pour profiter des avantages des capteurs à distance, pour réduire les trajets des camions et les dépenses de personnel, grâce à un transfert de données rapide entre la source et le point d’utilisation. Les villes moyennes auraient pu être en mesure de faire quelque chose de similaire en utilisant leur réseau WiFi municipal, mais ça aurait été un casse-tête pour elles à mettre au point.

Les réseaux d’éclairage connectés avec liaisons sans fil, utilisant leurs propres protocoles propriétaires, des technologies cellulaires, ou du LPWAN sont acceptables. Mais on peut remarquer qu’une grande partie des routes de campagne ne sont pas éclairées, et que de nombreuses zones sont trop loin des routes pour y déployer une application universelle.

L’IdO est un processus de création et de transport de données vers un lieu où ces données sont nécessaires. Pour les applications urbaines, un réseau comme le LPWAN, doit être lié à la baisse du coût du matériel informatique nécessaire pour gérer les points de données.

Lucy Zodion, comme par hasard, vend un système qui ajoute des capacités – avec une gamme de lampadaires connectés qui incorporent encore des capteurs. La société a également mis en place une plateforme en ligne Citi Horizons qu’elle espère faire adopter par la ville.

Les villes petites et moyennes ne disposent pas de ressources internes adaptées à la gestion du projet et à la planification nécessaire pour réaliser la sécurisation et le déploiement économique satisfaisant d’une « ville intelligente ». Les obstacles les plus communs rencontrés ont trait au manque de financement, à l’absence de hiérarchisation interne et de collaboration et à un manque général de confiance.

Dans sa conclusion, le rapport souligne quatre domaines prioritaires qui devraient être abordés pour la réalisation de « villes connectées à travers le Royaume-Uni »: faire des villes du futur une priorité stratégique, encourager une plus grande collaboration, placer les citoyens au cœur des villes intelligentes et optimiser l’infrastructure existante. Voir également http://rethink-iot.com/  www.cityhorizons.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -