L’IdO change l’économie du M2M

Les exploitants de réseau doivent définir le rôle qu’ils entendent jouer dans l’écosystème de l’IdO (Internet des Objets). Il s’agit de relier des milliards d’objets, de voitures, de compteurs de services publics, des récepteurs de télévision et même des articles ménagers pour les faire communiquer par Internet, et transmettre les informations relatives à leur position et leur état.

Les exploitants sont bien placés pour fournir la connectivité nécessaire pour maintenir des liens entre les modules et les capteurs. La concurrence en connectivité est soutenue par des MVNO spécialisés en M2M, tels que les fournisseurs de services par satellite ou de connexion sans fil par réseau non-cellulaire. Des petits exploitants de réseau peuvent aussi s’introduire sur un certain nombre de marchés verticaux différenciés.

Le M2M est un marché en pleine croissance et devrait générer 15 milliards de dollars de chiffre d’affaires en connectivité cellulaire dans le monde en 2018. Une grande partie de ce montant concerne un petit nombre de contrats avec des acteurs tels que les fabricants et les services publics de l’automobile. Les petits exploitants de réseaux mobiles peuvent se positionner pour gagner ces contrats M2M, mais il leur faut disposer d’une infrastructure spécifique.

Les outils et processus mis en place pour le marché de consommation au détail ne peuvent pas être utilisés pour les communications M2M. Des petits exploitants de réseau (ORM) couvrent en général un marché local ou régional. Pour rivaliser avec les grands exploitants, il leur faut investir dans une plate-forme de connectivité pour M2M. Il leur faut des systèmes qui automatisent la fourniture, la gestion en service (par exemple, la surveillance des défauts et la gestion de la stratégie) et oublier les cartes SIM en raison du potentiel important représenté par les connexions M2M.

Certains exploitants mondiaux, tels que Vodafone, ont développé leurs propres systèmes. Mais les petits opérateurs devraient envisager l’achat d’une plate-forme de connectivité auprès d’un fournisseur comme Ericsson ou Jasper Wireless. C’est une solution à faible coût et à faible risque. Avec un potentiel de 500 000 connexions, cette option représente une augmentation de la VAN (valeur actuelle nette) de 78 % en comparaison avec l’utilisation de l’infrastructure de plate-forme traditionnelle, en calculant sur une période de 5 ans. Voir à ce sujet www.analysysmason.com/ www.jasperwireless.com/  

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -