L’Intelligence artificielle et l’Internet des Objets prennent la route

Toujours plus intelligente, la voiture de demain se dirigera d’elle même, avec toujours plus de sécurité et de confort. L’amélioration viendra de l’intégration de l’intelligence artificielle (IA) dans la conduite. Après les systèmes adaptatifs et apprenants, les constructeurs automobiles se tournent par exemple vers le « deep learning », qui est associé au moteur de calcul Drive PX 2, développé par l’expert en informatique visuelle Nvidia. Au lieu de prévoir les situations qui peuvent se présenter, le cerveau informatique de la voiture doit comprendre son environnement à partir de l’analyse des images et réagir en quelques microsecondes. Les constructeurs automobiles comptent beaucoup sur les progrès accomplis récemment en intelligence artificielle (IA) et en radars embarqués. Les performances réelles de ces développements nouveaux sont évaluées par l’organisme Euro NCAP, qui effectue les crash-tests.

La décision de déclencher un freinage automatique peut être améliorée par l’intelligence artificielle, qui peut détecter des faux positifs comme un carton ou un sac plastique qui traverse la chaussée et ainsi ne pas déclencher de freinage d’urgence dans ces cas précis. L’IA est très performante dans la prédiction des trajectoires. Grâce à elle, la voiture est en mesure d’interpréter le geste d’un cycliste qui tend la main vers la gauche pour tourner.

L’IA permet aussi de travailler sur des systèmes de communication car-to-car (de véhicule à véhicule) et car-to-X (du véhicule vers les infrastructures), soit pour réaliser des économies de carburant en évitant un bouchon ou en ralentissant progressivement à l’approche d’un feu, mais aussi pour améliorer la sécurité, avec des voitures qui signalent leur présence entre elles ou l’existence d’un accident sur le parcours.

La société lilloise spécialiste des technologies pour la mobilité, Eliocity, propose déjà Xee, un boîtier fournissant une alerte en cas de problème sur le véhicule. Ce dispositif se connecte, selon le modèle de voiture, soit directement à la prise diagnostic du véhicule, soit à l’intérieur même du système de bord. Le boîtier communique les données via le réseau cellulaire. Il les traite, les stocke et les renvoie en temps réel. Il est même capable de détecter une crevaison et d’alerter immédiatement le conducteur. En cas d’accident, le boîtier alerte les secours et fournit la position exacte du véhicule.

Chaque année, le nombre de morts sur les routes américaines est de l’ordre de 32 000, soit environ 10 décès pour 100 000 habitants, ce qui constitue une amélioration par rapport à 1973 (54 000 morts par an, soit un taux de 25 pour 100 000 habitants). Avec l’IoT et l’IA, les experts estiment que ce taux peut être réduit à 3 pour 100 000 habitants en 2030. Les systèmes de pilotage automatique sur autoroute sortiront en 2016, et leur commercialisation est prévue autour de 2020. Voir également www.journaldunet.com/ http://rethink-iot.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -