Normalisation de l’Internet des Objets

L’Internet des Objets (IdO), par ses perspectives, mobilise les grands de l’industrie qui s’allient en vue de normaliser ce domaine. Selon le New York Times, IBM, Intel, Cisco, General Electric et l’exploitant de réseau AT&T, viennent de créer dans ce but le groupe à caractère non lucratif « Industrial Internet Consortium », avec la coopération du gouvernement américain. En effet, pour que l’internet des objets devienne une réalité, les entreprises ont tout intérêt à s’assurer que leurs produits puissent échanger des données entre elles sans entrave afin de bien fonctionner ensemble. Le Consortium IIC a pour but de définir des standards dans les usines notamment sur la façon dont les machines partagent les informations. Les entreprises fondatrices du Consortium détiennent toutes un siège permanent dans un comité élu et elles ont ouvert l’adhésion à tous afin d’accélérer la production d’objets innovants.

Jusqu’ici, l’internet des objets s’est surtout intéressé à la maison connectée et au divertissement. Le consortium insiste également sur les opportunités offertes par la connectivité dans l’industrie, dont les processus de fabrications en usine, ceux de l’énergie, de la santé, des activités liés aux transports et à l’automobile, par exemple.

Le Consortium bénéficie du soutien des chercheurs et des agences publiques afin de créer un véritable écosystème de taille internationale, pour lequel Fujitsu, Siemens et Huawei ont déjà fait part de leur intérêt.

Des villes comme Paris, Vienne, Copenhague, Toronto et New York sont connues pour avoir intégré leurs efforts au service de la ville, notamment dans le domaine des transports urbains et par l’intégration de l’IdO dans des applications liées à la vie des étudiants, des familles et des collectivités urbaines. L’exemple des réalisations effectuées à Nice, avec le soutien de Cisco montre que les Partenariats Public Privé (PPP) conviennent parfaitement à des projets de ville intelligente dans le cadre d’une politique environnementale forte. Plus le nombre de critères fédérateurs est élevé au sein du projet, plus les chances de succès sont importantes. L’IoT du domaine « Banque Assurance » suscite un immense espoir d’activités nouvelles en raison du potentiel de services nouveaux, autant dans la catégorie des assurances par usage que dans celle liée aux comportements. Voir aussi www.usine-digitale.com/  www.iiconsortium.org/  www.eu-ems.com/ www.progressive.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -