Trop de sécurité serait néfaste à l’Internet des objets

Une certaine crainte règne autour de l’Internet des Objets au sujet du niveau de sécurité nécessaire, porté au maximum pour les uns et conduit au minimum pour les autres. Le problème dans le domaine du M2M réside dans l’étroitesse du modèle économique qui fait que trop d’exigences en sécurité risquent de tuer le marché. Il existe une autre façon de considérer la question en réfléchissant à l’architecture de bout en bout. Le lancement récent de microcontrôleurs à faible coût en témoigne. Ces composants Gecko de Silicon Labs qui comportent un moteur de cryptage AES pour les applications de sécurité ne reviennent qu’à 0,49 dollars pièce.

Dans des études récentes, l’institut Beecham Research de Cambridge constate que les fournisseurs de solutions de sécurité comme les gens qui adoptent les solutions M2M envisagent celle-ci de bout-en-bout. L’étude de la sécurité pour les solutions M2M montre qu’il est possible d’obtenir un niveau de sécurité à la fois suffisant et économiquement viable. Une profusion de nouveaux éléments de sécurité et de nouveaux modèles d’affaires permettent d’envisager de nouveaux marchés. Engagé correctement, il est possible de conjuguer la sécurité avec une capacité de production de valeurs au lieu de lui infliger des coûts pénalisants.

Il ne s’agit pas d’intégration verticale ou de question d’échelle de production. Les compteurs intelligents au Royaume-Uni ont besoin d’une architecture différente de celle des compteurs intelligents en Allemagne. Un ensemble de partenariats peut être envisagé et les consultants auront un rôle important à jouer dans l’évaluation des risques. Ceci concernera un marché d’environ 700 millions de dollars pour les solutions de sécurité relatives aux communications M2M en 2018 (voir l’étude de Beecham Research intitulée «Enjeux et opportunités d’affaires dans la sécurité pour les communications M2M Solutions ».

L’étude de Beecham Research souligne l’importance d’une évaluation raisonnable de la sécurité des solutions M2M qui «ne tueraient pas le patient» par une interprétation exagérée des menaces et des risques encourus. Le rapport examine les différents degrés de sécurité nécessaires aux solutions M2M dans différents marchés verticaux et garde un examen attentif de la tolérance afin d’éviter d’adopter une politique de sécurité très stricte, au détriment de la viabilité économique de la solution globale. Pour en savoir plus, voir : www.beechamresearch.com/ et www.electronics-eetimes.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -