Un nouveau marché pour l’IdO : l’homme bionique

La bionique recouvre l’ensemble des connaissances scientifiques et des technologies relatives aux plantes et aux animaux, qui pourraient permettre de réaliser des applications biologiques relatives à la santé et à l’allongement de la durée de vie humaine.

La bionique étudie les propriétés des cellules vivantes afin de produire des modèles similaires, capables d’autonomie pour s’alimenter, se déplacer, s’adapter et éventuellement de se multiplier. La bionique s’est développée notamment dans les technologies de robotique et de déplacement dans les fluides. De nos jours, la bionique inspire les travaux des experts chargés de l’aide aux handicapés moteurs et ceux impliqués dans les travaux relatifs à l’intelligence artificielle.

Un certain nombre des processus du corps humain sont associés à des signaux électriques établis entre le système nerveux et les organes du corps, ce qui engendre, dans certaines maladies chroniques. L’objectif de la médecine bionique vise à utiliser ces échanges de signaux électriques afin de corriger les états pathologiques, en utilisant des dispositifs miniaturisés attachés aux nerfs individuels. En cas de réussite, la bionique deviendra une nouvelle thérapeutique à placer aux côtés des médicaments traditionnels et des vaccins.

Le cerveau peut être comparé à un ordinateur dont les synapses qui assurent les connexions internes seraient des microcomposants. Selon la Revue « Nature Nanotechnology », IBM aurait réalisé des neurones artificiels qui dans des « montages neuromorphiques », seraient capables un jour de transmettre des signaux. Ces micro composants pourraient être couplés à des capteurs contrôlant le fonctionnement du cœur et la circulation sanguine. Bien des experts estiment que des accessoires de santé implantables dans le corps humain à des fins thérapeutiques pourraient participer à l’établissement d’un diagnostic médical et au traitement de l’affection. La fabrication d’éléments de ce genre en fils souples, alimentés par des batteries à faible consommation d’une durée de dix ans est envisageable.

La société Google Life Sciences LLC et GSK (GlaxoSmithKline, Brentford, Angleterre) ont créé une entreprise commune appelée Galvani, afin de développer des technologies bioniques (ou bioélectroniques), dans le domaine des neuro stimulateurs implantés. Les deux sociétés prévoient d’investir jusqu’à 700 millions $ (environ 540 millions de £) au cours des sept prochaines années. GSK estime que les maladies chroniques, telles que l’arthrite, le diabète et l’asthme pourraient être traitées en utilisant la stimulation électronique des voies nerveuses. Galvani sera chargé d’établir les preuves cliniques du principe inflammatoire, des troubles métaboliques et endocriniens, y compris le diabète de type 2, et des développements des dispositifs miniaturisés de précision associés. Voir aussi www.galvanibioelectronics.com/ www.gsk.com/ www.verily.com/

© 2015 Strategies Telecoms & Multimedia | Contact |  -